Vendredi 18 novembre se clôturait de la COP22 à Marrakech, deuxième rendez-vous décisif dans la lutte contre le réchauffement climatique.

cop22 650

La 22e conférence des Nations Unies sur le changement climatique a commencé le 7 novembre 2016 au Maroc et s’est poursuivie jusqu’au 18 novembre. Un rendez-vous décisif dans notre lutte contre le réchauffement climatique puisqu’il a pour enjeux de concrétiser l’accord de Paris ratifié par les 197 Parties l’an dernier et entré en vigueur le 4 novembre.

Un an après le lancement de l’opération « Un arbre pour le climat ! », en juin dernier dans le cadre de la COP21, ce sont 20 878 arbres qui ont été plantés au total ! Souvenez-vous, le premier arbre avait été planté par Allain Bougrain Dubourg le 10 juin 2015 à Dijon lors des 5èmes Assises de la biodiversité. Un chiffre qui va continuer d’augmenter puisque des plantations sont encore prévues dans les prochains mois.

La LPO profite de la clôture de la COP22 pour revenir sur les solutions concrètes proposées par les gouvernements.

Des fonds mobilisés pour renforcer la résilience des zones côtières en Afrique

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD) prévoient une assistance technique et financière pour soutenir les économies vivants de l’océan sur le continent Africain (pêche, sécurité maritime, …). Elles vont ainsi mobiliser 3,5 milliards de dollars de 2017 à 2020 afin de renforcer en Afrique la résilience des zones côtières face au changement climatique.

Le Maroc a d’ailleurs lancé son initiative « Ceinture bleue » venant renforcer de 60 millions de dollars sur cette même période, la résilience des communautés côtières et la promotion des pratiques de pêche et aquaculture durables sur le continent.

La publication d’une feuille stratégique

Une feuille de route stratégique pour des mesures en faveur des océans et du climat de 2016 à 2021 a été publiée par les partenaires de la COP22. Elle porte sur six domaines majeurs : le financement, le renforcement des capacités, le rôle des océans dans la régulation du climat, l’atténuation, l’adaptation et les déplacements humains.

Lancement d’un partenariat

Un nouveau partenariat co-présidé par le Maroc et l’Allemagne et réunissant les pays développés, les pays en développement et les institutions internationales a été lancé dans le but d’appuyer la mise en œuvre des plans d’actions climat nationaux (NDC). Il s’illustrera par une plateforme collaborative. Son objet ? Aider les pays à intégrer leurs plans d’actions climat nationaux (NDC) dans tous les secteurs et à tous les niveaux de prise de décision. Par ce biais, le secteur privé sera davantage mobilisé, la coopération sud-sud sera encouragée et les donateurs pourront être plus réactifs aux besoins des pays.

Vous aussi, vous pouvez agir : plantez « Un arbre pour le climat ! »

Au-delà des actions à l’échelle gouvernementale, chacun peut agir à son niveau en faveur de la biodiversité qui est aujourd’hui, toujours plus menacée par de multiples causes : fragmentation, disparition ou dégradation progressive des milieux naturels et des habitats, surexploitation des ressources, pollution de l’eau, de l’air ou des sols, introduction d’espèces étrangères invasives et dérèglement climatique.

Outre l’aspect symbolique de la plantation d’un arbre en faveur de la biodiversité et même s’il est victime du réchauffement, l’arbre est aussi une réponse au changement climatique par son captage du carbone…

N’oubliez pas, le 25 novembre, c’est le jour de la Sainte Catherine et « À la Sainte Catherine, tout bois prend racines ».