"En milieu urbain, nous devons compenser l’intervention de l’homme sur l’écosystème et notamment en raison de l’étanchéité de l’habitat. L’oiseau se trouve en haut de la chaîne alimentaire, son comportement, sa reproduction, indiquent la bonne santé écologique. La LPO Aquitaine nous accompagne dans le développement de la biodiversité au sein de nos parcs et jardins, pour aménager les espaces verts, gérer les espèces domestiques et diffuser auprès du grand public le principe du jardinage écologique en bannissant les pesticides. Leur site participatif www.faune-aquitaine.org représente une base de données précieuse pour connaître la faune régionale", indique Eric Pesme, responsable de la gestion raisonnée des Parcs et Jardins.

Mathieu Sannier, chargé de mission valorisation de la biodiversité LPO Aquitaine : "Nous avons installé 114 nichoirs entre 2009 et 2010 et au cours de l’hiver prochain nous en disposerons 78. Nous préconisons des sites de nourrissage pour attirer les insectes, qui peuvent surprendre le public, aux côtés des pelouses entretenues. L’inventaire nous a permis d’identifier des fauvettes dans la superbe roselière du parc des Berges Nord, une espèce rare en milieu urbain, de même que le torcol fourmilier et la huppe fasciée. A Bordeaux, le gobe-mouche gris perdure, malgré sa menace d’extinction. Notre partenariat avec la ville est solide, les agents participent à l’élaboration de notre base de données et nous échangeons régulièrement, en plus de nos trois passages annuels sur les sites".

114 nichoirs posés


En quelques semaines, la LPO a mené à Bordeaux des inventaires systématiques sur la présence d'oiseaux dans quatre grands parcs de la ville (Parc Bordelais, Jardin Public, Parc Rivière et Jardin de la Béchade). Il a ensuite été établi une liste de préconisations pour favoriser la nidification des espèces retenues dans ces parcs : parmi elles, la pose de nichoirs de qualité en béton de bois dans les arbres de ces parcs.


Certaines espèces retenues (mésanges, rouges-queues, sittelles, grimpereaux, rouges-gorges, gobes mouches) sont des précieux auxiliaires dans la lutte biologique. Elles permettent l’abandon des produits chimiques contre les insectes ravageurs et participent au maintien de la biodiversité dans les parcs et jardins de la ville. D'autres, comme la chouette hulotte, limitent la présence de petits rongeurs. D’ici une semaine, des agents élagueurs grimpeurs de la Ville auront posé 113 nichoirs dans les arbres qui les supportent, choisis avec la LPO.

Rouge-gorge européen(© André Karwath, Creative Commons paternité)

Cette intervention s’inscrit dans l’Agenda 21 : action 18 préserver les espèces locales et leur habitat. Chaque année, la LPO poursuivra cet inventaire destiné notamment à vérifier l'impact des nouveaux modes de gestion des parcs et jardins, sur la présence et la nidification des oiseaux (indicateur de biodiversité). A compter de cette année, d'autres parcs entreront dans la liste des sites suivis par la LPO.


Article provenant de bordeaux.fr (http://www.bordeaux.fr/ebx/portals/ebx.portal?_nfpb=true&_pageLabel=pgPresStand8&classofcontent=presentationStandard&id=49830)