Jean JEANTET 5 chemin Le Piat, Magrigne,
33240 St Laurent d’Arce
Tél : 0557438935

A Saint Laurent d’Arce, au hameau de Magrigne, au bout du chemin du Piat se trouve une maison rurale avec, accolée à la maison, une grange. Ce vaste Jardin d’Oiseaux est constitué, outre la maison et les bâtiments attenants, de prairies naturelles et humides, de bois dont l’un est marqué à l’orée par un magnifique chêne de 300 ans, d’environ 600 mètres de haie spontanée, de deux mares, le tout sur une superficie de 13 hectares, le tout interdit à la chasse et classé en refuge ASPAS depuis le début des années 1980.

Autour de la maison on trouve les mangeoires, quelques nichoirs, une bûche avec des branches de bambou pour abriter des insectes et une grande variété d’arbres. C’est en face de la maison que M Jeantet a établi un potager bio et son tas de compost ainsi qu’un verger de plus de 100 arbres dont quelques uns anciens. Les autres, d’une grande variété, viennent tous du Conservatoire Végétal Régional d’Aquitaine de Montesquieu (47). Les rangs d’arbres sont séparés de bandes de friches fleuries comportant notamment des plantes mellifères. Dans un tel environnement la biodiversité est évidemment remarquable. On y trouve petits et grands mammifères (le hérisson sous son tas de branchage, chevreuils, renards, sangliers etc.), batraciens autour des mares, lézards dans les trous d’un vieux mur, couleuvres etc. Les abeilles dans cet environnement n’ont rien à redouter et les ruches ont été placées au pied du vieux chêne.

Ce refuge est un parfait exemple de ce que l’on peut obtenir avec le temps dans un environnement protégé. Outre les oiseaux que l’on trouve dans la plupart des refuges (mésanges, moineaux, rouge gorges, pinsons, merles) on peut y observer chardonnerets, rouge queues, troglodytes, pouillots véloces, huppes fasciées, geais, bondrées apivores, tarins des aulnes et aussi des hérons qui viennent au bord de la mare, des faucons crécerelles, des corbeaux freux et à la belle saison bien entendu des hirondelles. Les trous que le temps a pu creuser dans les murs de la grange n’ont pas été bouchés et sont fréquentés par les cavernicoles ; la chouette effraie elle a élu domicile dans la grange.
La superficie importante de ce refuge maintient à distance les sources de pollution, agricole notamment, et comme les propriétaires n’ont que des pratiques respectueuses de la nature la biodiversité y est préservée. Ce lieu est vraiment exemplaire.

Jardin et Refuge paysan à la ferme Joerg WEBER Le Verger, Chabanas, 24300 Abjat sur Bandiat
Tél : 0553568559 Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Situé au nord-ouest de la Dordogne au cœur du Parc Naturel Régional Périgord - Limousin ce refuge est le deuxième Jardin d’Oiseaux Remarquable d’Aquitaine à avoir reçu ce label. Il se trouve en zone rurale, entouré de prairies, où est pratiqué un élevage traditionnel, et de bois situés à quelques centaines de mètres. M et Mme Weber y sont installés depuis vingt cinq ans ; ils y produisent des fruits, fruits rouges notamment, en agriculture biologique. Depuis dix ans ce domaine de 2,5 ha est Refuge LPO, refuge d’insectes de la FCPN et refuge ROC.

Les Jardins du Broy
Cathy et Guy Bonneaud Jardin du Broy
33113 Saint Symphorien
Tél : 05 56 25 74 46 Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site :www.jardins-de-broy.com

Sur la route qui vient d’Hostens (33), après avoir traversé le village du Tuzan on arrive à St Symphorien dans le quartier de Broy. A droite il faut prendre un petit chemin rural pour arriver aux Jardins du Broy.

La première impression quand on y entre est remarquable : le chemin serpente au milieu de sept chambres de verdure entourées d’arbustes et d’arbres qui, chacune présente une ambiance différente. Pas étonnant, M et Mme Bonneaud sont jardiniers paysagistes !
Outre de très beaux chênes anciens les plantations des actuels propriétaires ont donné de remarquables résultats : un magnifique peuplier d’Italie devant la maison, un chêne des marais, un chêne rouge, un superbe hêtre et une vraie merveille : un cerisier à fleurs (Prunus subhirtella ’Autumnalis rosea) au port évasé qui donne de superbes fleurs d’octobre à avril lesquelles avaient fait le régal des bouvreuils avant notre visite. Les arbustes plantés autour des chambres ont pris de belles proportions, d’autres viennent s’implanter spontanément (houx par exemple) et ils sont, cela va de soi, conservés.
En continuant on arrive devant la maison, maison rurale qui date de la fin du 19ème siècle, entourée d’arbustes et de plantes ornementales. Le long de la propriété coule un ruisseau et, dispersées çà et là, se trouvent plusieurs granges anciennes en bois. Bien entendu il y a un potager bio de belle taille flanqué d’un silo à compost et un verger composé d’arbres fruitiers anciens.

Pour compléter ce tour d’horizon il faut également mentionner un élevage de poules gasconnes, un troupeau de moutons landais et deux ânes gascons. La propriété elle-même fait environ un hectare et elle est bordée d’une forêt où les oiseaux sont nombreux.

Ce Refuge LPO présente une belle maturité puisqu’il a été créé en 1988 et que ses propriétaires lui ont consacré beaucoup d’intérêt et d’énergie. Il y a sept nichoirs les uns construits avec du bois de récupération les autres avec des morceaux d’arbres –en particulier un nichoir de plus de vingt ans construit dans un morceau d’acacia- tous remarquablement intégrés dans la végétation. En plus, des trous dans les arbres sont utilisés par les pics ou les sitelles. Pour le nourrissage outre les cinq mangeoires les oiseaux profitent d’une végétation très riche en baies et aucune plante n’est taillée tant qu’elle porte encore des fruits ou des graines.

Trente espèces d’oiseaux ont été observées sur le site parmi lesquelles on peut citer : Geai des chênes, Huppe fasciée, Martinet noir, Hirondelle rustique, chouettes, Troglodyte mignon, Pipit des arbres, Torcol fourmilier, Tarrier pâtre, Chardonneret élégant, Verdier d’Europe, mésanges, Pouillot véloce, Roitelet triple bandeau etc. L’après-midi, lors de la visite par le Groupe Refuges environ quinze espèces ont pu être observées. Enfin, car un Refuge est un aussi un havre de biodiversité, il ne faut pas oublier de citer d’autres occupants notamment les batraciens, crapauds, grenouilles, salamandres, qui profitent du bassin et du petit cours d’eau, et les petits mammifères fouines, écureuils, hérissons entre autres.

L’exemplarité de ce refuge, la variété de la faune et de la flore que l’on y trouve, l’environnement forestier, répondent parfaitement aux critères d’attribution du label de Jardin d’Oiseaux Remarquables et c’est avec plaisir que le Groupe Refuges l’a attribué. Nous ne pouvons qu’encourager les adhérents de la LPO à aller le visiter.

Le refuge d’Auseths (Oiseaux en occitan du Béarn) : huit hectares de bois et de prairies pour les oiseaux

Quand Bernard Lavignotte a repris la propriété familiale, la maison était en ruines et la colline de Montalivet était couverte de touyas (végétation typique des terres pauvres comprenant ajonc épineux (touye en gascon), carex, fougères …).
Aujourd’hui, trente cinq ans après, la maison a été restaurée avec goût, entourée d’un joli jardin ; la colline est couverte d’une riche végétation qui fait plus penser à une forêt primitive qu’à une forêt plantée récemment et les deux prairies ont un peuplement d’une variété et d’une richesse exceptionnelles.

Dans la forêt on trouve essentiellement des feuillus et des arbres favorables à la vie des oiseaux. On compte une trentaine d’espèces différentes de feuillus avec des arbres typiques comme le chêne pédonculé, l’acacia, le châtaignier, le saule marsault, le peuplier tremble, l’érable champêtre, le merisier et le bouleau, espèces indigènes.
Depuis 35 ans de nombreuses autres espèces ont été introduites, aulnes, charmes, frênes, hêtres, peupliers pour les feuillus, plus quelques résineux ; le néflier, l’alisier torminal, le fusain d’Europe, la viorne obier et la viorne lantane, le sorbier des oiseleurs, le cornouiller mâle sont venus renforcer la population indigène ainsi que des arbustes comme l’aubépine, le prunellier, la bourdaine, le cornouiller sanguin et le troène… Quelques « exotiques » comme l’érable de Montpellier, le chêne pubescent, le chêne vert viennent d’être introduits.
Si beaucoup d’arbres ont été plantés par le propriétaire, maintenant nombreux sont ceux qui se multiplient naturellement grâce à la dissémination effectuée par les oiseaux et les écureuils notamment. Il est intéressant, par exemple, de voir le très vieux bouleau qui est le père des autres bouleaux de la colline. Le bouleau, le saule, l’aubépine, le prunellier sont le domaine favori des Pouillots véloces et de la Fauvette à tête noire, les fruits de l’alisier attirent les grives et un fourré de 35 m par 60 m environ composé de ronces, saules, aubépines, prunelliers est un milieu idéal pour abriter les insectes et attirer les oiseaux.

Deux mangeoires dont l’une a une capacité de plus de dix litres et environ trente nichoirs faits maison constituent l’aménagement spécifique pour les oiseaux. En plus de nombreux trous dans les arbres sont fréquentés. Par exemple une Mésange bleue niche dans le trou percé sur un moignon, un grimpereau niche sous un bout d’écorce d’un chêne foudroyé. Près d’une soixantaine d’espèces d’oiseaux ont été vues sur ce refuge, nicheurs, hivernants, migrateurs ou simples visiteurs.

JPEG

Notamment le léiothrix, le loriot, de façon irrégulière, l’Aigle botté qui niche probablement sur le site, va se nourrir en ville et régule la population de Tourterelles turques, le Faucon crécerelle, la Chouette hulotte qui néglige le nichoir qui lui est destiné, l’épervier dont le nid n’a pas pu être localisé, le Pic épeiche qui a construit son nid dans un merisier, le Milan noir dans un châtaignier …

Dans une clairière un verger a été aménagé ; on y trouve des fruitiers anciens, pommiers, poiriers, cerisiers greffés sur place, griotte de Moissac, cerisiers basques, noyers, pruniers… Les oiseaux peuvent trouver de l’eau dans une mare naturelle située à l’endroit d’une ancienne marnière. Dans les deux prairies en contrebas lors de la visite du Groupe Refuges un chevreuil, manifestement en confiance dans cet environnement, a pu être observé longuement. De nombreuses graminées indigènes ont été réintroduites : brizes, fétuques, flouves, houlques, lin etc. En juin, lors de la visite, la variété des espèces donnait un aspect luxuriant à cette prairie où d’une part certaines espèces régressent naturellement, le bouton d’or par exemple, d’autres progressent, orchidées (sérapias lingua) et d’autre part les insectes reviennent nombreux : sauterelles criquets, mantes religieuses notamment. Lors d’un inventaire récent (et non totalement terminé), plus de 180 espèces végétales ont été recensées.

JPEG

Pour être complet il faut également citer les mammifères qui viennent profiter des opportunités offertes par l’endroit : blaireau, renard, écureuil, chevreuil …
La situation du site sur une colline, la variété des espèces d’oiseaux qui le fréquentent, la richesse botanique de la forêt et des prairies font de ce refuge un véritable Jardin d’Oiseaux Remarquable.

Coordonnées : LAVIGNOTTE Bernard 1200 ch. de Laslannes 64300 Orthez 05.59.69.29.70 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.